Accueil » ARTICLES » Les soins essentiels lors de l’élevage

Les soins essentiels lors de l’élevage

Dans ce challenge de 30 notions de base en oenologie en 30 jours, nous avons déjà abordé les différents types de vinification pour les vins blancs, les vins rouges et les vins rosés. Cet article aujourd’hui présente les soins essentiels qui sont apportés au vin au cours de l’élevage. Nous verrons donc le ouillage (Monsieur “Ouille” n’a rien à faire là dedans 😉 ), le filtrage, le collage ou le soutirage.

J’ai volontairement séparé cet article de ceux sur les vinifications pour ne pas alourdir les articles 😉 Je suis une adepte des articles assez courts, comme vous avez déjà remarqué.

Ouillage

Le ouillage consiste à maintenir les contenants de stockage du vin toujours pleins. En effet, lors de l’élevage, c’est à dire le stockage du vin durant une certaine période dans des fûts de chêne, des cuves en inox ou autre, il y a un risque de légère évaporation. Le liquide ainsi disparu s’appelle la part des anges.

Le manque de vin est particulièrement important lorsque le vin est stocké dans des fûts de chêne neuf car le bois boit sa part.

Maintenir les contenants toujours remplis est indispensables car cela permet au vin de ne pas rester en contact avec l’oxygène, ce qui pourrait l’oxyder.

Evidemment, le vin utilisé pour le ouillage est le même vin que celui qui est contenu dans le récipient.

Filtrage

Le filtrage et le collage expliqué ci-dessous sont utilisés pour clarifier le vin qui est trouble.

Le filtrage consiste, comme son nom l’indique, à filtrer le vin. Soit la manœuvre se fait par filtrage “frontal” par des plaques de cellulose, soit par filtration “tangentielle”. Cette méthode, comme le filtrage du café dans un percolateur, permet par la pression du liquide de traverser le filtre.

Le filtrage est à consommer avec modération 😉 En effet, plus un vin est filtré, logiquement, plus il va perdre de ses arômes et de ses caractéristiques. Vous pouvez aussi très bien trouver des vins “non filtrés”, ce qui est de plus en plus fréquent.

Collage

Comme le filtrage, le collage consiste à clarifier le vin. Pour ce faire, on va introduire dans le vin des substances qui ont la capacité de “floculer” (c’est-à-dire de faire s’agglomérer les particules) pour ramasser ainsi ces particules en suspension. Cette méthode est pratiquée depuis trèèèès longtemps. On utilisait, entre autre, du blanc d’œuf. Vous êtes végétarien ? Pas de panique, on utilise de plus en plus de substances végétales, comme des argiles naturelles par exemple.

Le collage est autorisé dans le label “bio”. Comme avec le filtrage, de plus en plus de vignerons décident de ne pas pratiquer le collage, d’où l’indication “non collé”.

Quelle implication ? Sans filtrage, le vin sera plus trouble mais cela n’est pas toujours gênant. Par contre, s’il persiste un petit dépôt, celui-ci peut être composé de levures qui risquent de se remettre au travail dans la bouteille. D’où l’importance de conserver le vin dans des conditions stables et optimales 😉

Soutirage

Le soutirage est l’étape ou le liquide est séparé de son dépôt. Cette opération peut être comparée au décantage. Il y a d’abord un premier soutirage qui est effectué rapidement, puis un second au printemps. Cela permet d’éliminer les éventuels cristaux de tartre qui sont présents, que l’on appellera la lie. Lorsqu’on se plaint d’avoir du dépôt dans le verre après avoir fini la bouteille, il s’agit en fait de cristaux de tartre, inoffensifs pour votre expérience gustative 😉

Les trous dans les barriques permettent le soutirage. C'est un des soins essentiels, comme le ouillage, le filtrage ou le collage
Nous pouvons bien voir les “trous” présents vers le bas du fût pour pratiquer le soutirage

Voici déjà quelques jours que j’ai commencé mon défi de 30 notions de base en œnologie en 30 jours. N’hésitez pas à m’indiquer en commentaire quels sujets vous souhaiteriez que j’aborde durant ce challenge 🙂

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;-)

Laisser un commentaire