Accueil » ARTICLES » Pourquoi les jeunes n’aiment pas les mêmes vins que leurs parents ?

Pourquoi les jeunes n’aiment pas les mêmes vins que leurs parents ?

L’envie m’a saisie récemment d’aller voir dans la cave à vins chez ma maman. Loin d’être une connaisseuse ni même une amatrice de vins, elle a tout de même gardé des vins qui provenaient de chez mes grands-parents. On ne débattra pas ici des conditions de garde catastrophiques de ces vins, j’ai fait comme si je n’avais rien remarqué. Ce qui m’intéressait surtout, c’était de voir quels vins étaient achetés et gardés aussi longtemps par mes parents et leurs propres parents. Autant vous dire que j’ai été assez déçue. Non seulement je n’ai pas trouvé de grands trésors (eh non ! pas de château Haut-Brion oublié dans la cave…), mais, en plus, la majorité des vins des mes parents ne correspondaient pas à mes goûts de” jeunes”. A part quelques Bourgogne, la cave était principalement composée de Bordeaux (mais pas de grands Bordeaux, vous l’aurez malheureusement compris) et de Sauternes.

C’est comique parce qu’à l’inverse, quand je parle avec mes amis, non seulement ils m’expriment leurs difficultés à garder leurs bouteilles en cave parce qu’elles sont généralement consommées mais, de plus, nos goûts ne se tournent clairement pas vers ces types de vins.

J’ai alors eu envie de vous rédiger cet article qui réfléchit aux raisons de pourquoi les jeunes n’aiment pas les mêmes vins que leurs (grands) parents ?

les jeunes n'aiment pas les mêmes vins que leurs parents
Les goûts des trentenaires sont différents des goûts de leurs parents ou grands-parents

Nous n’aimons plus attendre

Clairement, la société d’aujourd’hui est une société du “tout, tout de suite”. Loin de moi l’idée de blâmer les consuméristes, je ne me permettrais pas. Mais c’est clair qu’à l’époque où vous pouvez commander un produit en ligne et le recevoir le lendemain chez vous, on n’est plus habitué à patienter.

De ce fait, constituer un trésor qui va dormir une décennie en cave, ce n’est plus trop dans l’air du temps. Par conséquent, les vins destinés à vieillir ont moins la cote ! Nous sommes même souvent prêts à “payer le temps” c’est à dire de payer plus cher pour avoir un vieux millésime, et pouvoir le consommer dès l’achat. Si votre portefeuille vous le permet, les sites internet de vente aux enchères comme idealwine permettent cela.

Exit les tanins !

Une des premières choses que l’on me dit aussi régulièrement, c’est qu‘on n’aime plus trop les tanins. Fini les Cahors qui vous assèchent la bouche et font tourner la tête, on veut du fruit et de la légèreté ! Certaines personnes recherchent même des vins rouges à boire frais, ce qui signifie sans tanins parce qu’un vin tanique qui est bu trop froid va les exacerber encore davantage. Bref, les petits canons à boire en terrasse avec les copains ont le vent en poupe.

Même si les tanins sont toujours présents dans le vin rouge, ils peuvent avoir des degrés différents. On va privilégier les tanins plutôt fondus ou savoureux que des vins qui vont être astringents. D’ailleurs, certains vignerons du Sud-ouest l’ont bien compris. Ceux qui visent à élaborer des vins dits plus “modernes” vont pratiquer des macérations moins longues, laisser leurs vins moins longtemps en barrique, voire même vont parfois utiliser la cuve en inox pour l’élevage, ce qui est tout à fait nouveau.

La diabolisation du sucre

Un autre phénomène de société est la lutte anti-sucres. Nous n’aimons plus le sucre. C’est un produit qui est considéré comme clairement néfaste pour la santé et même addictif ! Bref, on cherche de plus en plus à bannir le sucre de notre quotidien, et à initier le plus tardivement possible les enfants. On ne peut à nouveau pas le blâmer, que du contraire.

La conséquence de cela est que les vins liquoreux ne se vendent quasiment plus. Quand on pense, en plus, qu’un bon liquoreux doit même être laissé quelques années en cave pour le savourer pleinement, on passe directement à autre chose…

De ce fait, le Sauternes se vend de plus en plus mal. C’est pourquoi certains domaines ont même décidé de se réinventer et de proposer de faire des cocktails à base de vins liquoreux.

les goûts des jeunes sont différents de ceux de leurs parents
Que ce soit des Bordeaux que l’on doit attendre avant de déguster ou un Sauternes liquoreux, cela ne correspond plus aux goûts des jeunes.

Vins bio, vins natures

Là où le sucre perd du terrain, c’est le bio qui y gagne ! Parallèlement à notre consommation générale, on recherche des vins qui sont réfléchis en termes d’empreinte écologique. On regarde davantage les étiquettes (aussi jolies soient-elles) et on est rassuré quand le label biologique s’y trouve. C’est également une des raisons pour lesquelles les goûts des jeunes aujourd’hui en matière de vin sont différents de leurs parents.

En complément du label bio, une tendance de plus en plus répandue sont les vins naturels. Ils promeuvent le moins de traitement et de sulfites possibles. Ces méthodes d’élaboration des vins tournées vers le respect de l’environnement sont relativement récentes. La génération de nos parents ne se préoccupaient pas autant de cela.

Il faut savoir également que certaines régions viticoles comme Bordeaux et la Champagne sont très très peu bio. Même si cela reste des régions tout à fait prestigieuses et réputées, les petites appellations ou petits producteurs sont de plus en plus recherchés. Je pense également que le concept de déguster une petite pépite dénichée par mon caviste de proximité d’un petit producteur qui travaille en bio quelques hectares de parcelles en même temps que de louer ses gîtes, faire son miel et éduquer ses enfants a quelque chose de très instagrammable.

Le montée en puissance du Languedoc-Roussillon

Une des raisons qui font que les jeunes ont des goûts différents de leurs parents en termes de vins, c’est que les vignobles français évoluent avec le temps. Et c’est une excellente chose ! Prenez le Languedoc-Roussillon par exemple. Jusque fin des années 80, les vignerons languedociens privilégiaient la quantité par rapport à la qualité. De ce fait, les vins n’avaient qu’une piètre réputation. Depuis une trentaine d’années maintenant, la tendance se renverse. On assiste à un renouveau du vignoble, avec des vignerons plus jeunes, qui ont bien conscience de la beauté de leur terroir et de l’importance de proposer des vins de qualité.

Ce qui fait qu’aujourd’hui l’offre de vins qualitatifs s’est considérablement élargie. Là où il y a 40 ans on ne jurait que par Bordeaux et la Bourgogne, on recherche aujourd’hui des petites appellations qui sortent du lot, comme Pic-Saint-Loup par exemple.

Voici quelques raisons qui font que les jeunes n’aiment pas les mêmes vins que leurs parents. Et vous, dites-moi, quel est le type de vin que vous préférez ?

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;-)

1 commentaire pour “Pourquoi les jeunes n’aiment pas les mêmes vins que leurs parents ?”

Laisser un commentaire