Accueil » ARTICLES » A la découverte des vins d’Europe

A la découverte des vins d’Europe

Ce n’est pas parce que l’on parle beaucoup de la France, qu’elle est la seule maîtresse en la matière. Il existe bien entendu d’autres pays qui produisent des vins très réputés (“coucou l’Italie !”) ou même des régions moins connues mais qui méritent d’être découvertes. Nous partons donc aujourd’hui à la découverte des vins d’Europe, avant un prochain article qui vous emmènera à travers le monde !

Je n’exclus absolument pas la possibilité de rédiger des articles sur chacune de ces régions par la suite. Aujourd’hui, nous aborderons les différentes régions viticoles d’Europe de manière générale, dans le but de vous donner un aperçu de ce qui existe. Cela vous offrira j’espère l’envie de partir à la découverte de nouveautés.

A la découverte des vins d'Europe

Les vins d’Europe occidentale

Les vins allemands

Première région assez méconnue il faut bien le reconnaitre. Cependant, la viticulture est pratiquée depuis le début de l’ère chrétienne. On dit que Charlemagne appréciait le vin et avait donc encouragé la culture de la vigne.

Le vignoble se situe sur les rives du Rhin et se trouve à la limite nord de la culture de la vigne. L’Allemagne est très développée dans la recherche sur le vin, ce qui apporte aux vignerons un poids scientifique certain dans l’élaboration de leurs vins. Le vignoble allemand s’étend sur 100.000 hectares, ce qui est moins que le Languedoc-Roussillon. Si l’Allemagne produit 9 millions d’hectolitres par an, elle en importe encore plus. Ces 10 à 12 millions d’hectolitres importés annuellement la place même sur la première marche du podium des importateurs de vin au monde.

En Allemagne, on peut retrouver des cépages comme le riesling ou le silvaner que l’on connait également en Alsace. De plus, elle inclut des cépages propres à son terroir, comme le Müller-thurgau, du Scheurebe, du Spätburgunder (à vos souhaits!) ou encore du Dornfelder.

Les vins autrichiens

Pour continuer notre découverte des vins d’Europe, arrêtons nous en Autriche qui a, elle aussi, une histoire ancienne dans le domaine du vin. Si ce sont les celtes qui ont introduits le vin il y a plus de 2000 ans, les vins autrichiens sont longtemps restés à l’intérieur du pays.

Le vignoble autrichien s’étend sur environs 50.000 hectares. Une proportion non négligeable se situe aux alentours de Vienne. L’Autriche produit principalement des vins blancs secs mais aussi des liquoreux de par le climat favorable à l’apparition de pourriture noble.

Il est également intéressant de savoir que le père-fondateur de la biodynamie, Rudolf Steiner, était autrichien. Bien que le vignoble soit assez peu connu, le développement des méthodes de biodynamie sont maintenant réputées à l’international.

Les cépages principaux pour les vins blancs sont de Grüner veltiner qui donne lieu à des vinsfruités, frais et épicés qui doivent se boire jeune, le Müller-thurgau, le Welschiesling ou encore le pinot blanc. Pour les vins rouges, ce sont les cépages Zweigelt, Blaufränkisch et Blauer portugieser qui sont majoritaires.

Les vins italiens

Alors là, c’est ZE grande patrie du vin, au même titre que la France. Qui n’a jamais bu de vin italien ? Qui n’a jamais entendu parler du célèbre chianti, où bu du prosecco à l’apéritif ? L’histoire viticole de l’Italie est extrêmement riche, avec des traces de viticultures déjà plusieurs siècles avant J.-C.

Aujourd’hui l’Italie est le premier pays producteur de vin au monde avec la France et elle bénéficie de la deuxième plus grande superficie viticole après l’Espagne avec 800.000 hectares. C’est également elle qui exporte le plus de vin à travers le monde, et en particulier vers les Etats-Unis et vers l’Allemagne. Le vin est produit dans de nombreuses régions italiennes mais c’est la Toscane et le Piémont qui bénéficient de la plus grande réputation en termes de qualité.

découverte des vins d'Europe : l'Italie

Les cépages son nombreux en Italie de par la variété des sols et des climats. Pour les vins blancs, les principaux cépages sont le trebbiano (l’ugni blanc en français) qui est le plus cultivé, le verdicchio, le canaiolo, le greco, le vermentino… Pour les vins rouges, vous pouvez retrouver du sangiovese (le plus cultivé et constitue le Chianti par exemple), le barbera, le nebbiolo, le montepulciano, l’aleatico… On peut retrouver également des cépages français comme le Merlot, le cabernet sauvignon, le chardonnay, ou encore le riesling.

Les vins espagnols

L’Espagne est à ce jour une très grande patrie vinicole en Europe. Bien que le vignoble ait souffert de la crise du phylloxera et de la seconde guerre mondiale, l’Espagne compte aujourd’hui une soixantaine d’appellations reconnues. Elles offrent des vins avec des qualités de plus en plus soignées.

L’Espagne comporte la plus grande superficie de vigne au monde, avec pas moins d’1.000.000 d’hectares de plantation. Cependant, avec ses rendements assez bas, elle est le 3ème producteur de vin au monde. De par son climat, toutes les régions d’Espagne sont propices à l’élaboration du vin.

Les cépages principaux pour les vins blancs sont l’airén, le Macabéo (ou macabeu en français) qui donne un vin léger et assez acide, le Pedro ximenez qui apporte du sucre, le xarello (vins effervescents) ou encore le grenache blanc. Pour les vins rouges, c’est le grenache rouge qui est le plus cultivé. Il donne des vins assez alcooleux. Ensuite nous avons le tempranillo, le monastrell, le mencia le graciano ou encore le carinena.

Les vins grecs

L’histoire du vin ne date pas d’hier en Grèce. Il est même déjà présent dans la mythologie, avec le Dieu Dionysos. Elle bénéficie également évidemment de conditions climatiques optimales pour l’élaboration de vins qualitatifs. Cela confère une notoriété mondiale aux vins grecs, malgré une production de seulement 3,5 millions d’hectolitres.

Les cépages principaux en Grèce sont, pour les vins blancs, le savatiano (très présent car il résiste bien à la sécheresse), le rhoditis (apporte de la fraicheur), l’assyrtiko (surtout cultivé sur l’ile de Santorin) ou encore le Debina.

Les cépages rouges les plus courants sont le xynomavro (couleur très riche), l’agiorgitiko, la mandilaria (très présent en Crète) ou encore le mavrodaphne qui donne des vins aromatiques. Evidemment il y a également le muscat qui donne le muscat de Sarmos.

A ces cépages peuvent s’ajouter des cépages étrangers comme le sauvignon, le viognier, le cabernet franc, le merlot ou la syrah.

découverte des vins d'Europe : la Grèce
Ca fait rêver, hein ?! 😉

Le Portugal

Nous poursuivons notre route des pays d’Europe réputés en matière de vins. Bien que le Portugal soit extrêmement connu pour son Porto, ses qualités viticoles ne s’arrêtent pas là.

Pour un pays 6 fois plus petit que la France, la culture de la vigne tient une place très importante, avec une superficie de 230.000 hectares. Le Portugal est également un des plus gros producteurs au monde, avec 6 à 7 millions d’hectolitres de productions.

Les cépages portugais sont principalement des cépages locaux. Pour les vins blancs, les cépages principaux sont la rabigato (qui donne de très bons vins dans la région du Douro), ‘lalvarinho (surtout utilisé dans le nord), le loureiro, ou le sercial (pour le madère). Pour les vins rouges, les cépages les plus utilisés sont le touriga-national, la tinta-francisca, l’alvarelhao (vins frais et légers au nord), la touriga-francesa (peut être également vinifié en rosé), tinta roriz (tempranillo espagnol).

Evidemment, comme nous l’avons dit plus haut, la renommée mondiale du Portugal tourne autour de son vin doux naturel : le Porto.

Les vins suisses

La Suisse est très fière de son vignoble, et ce malgré les difficultés à exploiter. Les vignes sont en effet souvent présentes en altitude ou sur des terrasses étroites. La Suisse bénéficie également de vins très diversifiés, même à partir des mêmes cépages.

La superficie du vignoble alsacien dépasse à peine le vignoble alsacien. Elle produit principalement des vins blancs. Les cépages pour les vins blancs sont le chasselas et müller-thurgau allemand, qui est un croisement entre le riesling et le sylvaner. D’autres cépages minoritaires peuvent être utilisés, comme l’arvine, l’amigne, le pinot gris, le muscat etc. Pour les vins rouges, on peut retrouver du pinot noir, le gamay et le merlot.

Les vins belges

Je ne pouvais pas ne pas parler de la Belgique, mon petit pays !

On est bien d’accord, les vins belges sont assez rares. Cependant, de par le réchauffement climatique, le vignoble belge se développe, avec des domaines de plus en plus qualitatifs. Il existe même des appellations reconnues, comme le crémant de Wallonie, Belgique Côtes de Sambre et Meuse ou encore Belgique Hagelandse wijn par exemple.

Comme vous vous en doutez, j’aurai l’occasion de vous parler plus en détail de certains domaines, car ils méritent d’être mis à l’honneur. Prenons l’exemple de Chant d’Eole, qui a gagné le concours du meilleur mousseux au monde en 2019.

Les vins d’Europe centrale et orientale

Continuons notre découverte des vins d’Europe, en nous baladant maintenant plutôt vers l’Europe centrale et de l’est.

Les vins bulgares

Après la seconde guerre mondiale, la Bulgarie a misé sur l’exportation de masse de ses vins à destination de l’Europe de l’Est. Elle a donc privilégié la quantité à la qualité. Depuis les années 1990, elle change son fusil d’épaule et met en valeur les technologies et connaissances œnologiques. Bien qu’assez méconnu, certains domaines méritent tout de même notre attention.

La superficie du vignoble a diminué de moitié en 20 ans. La Bulgarie produit actuellement 1,2 million d’hectolitres. Les principaux cépages pour les vins blancs sont le rkatsiteli (originaire de l’ex URSS), le misket, le dimiat et quelques cépages français depuis la seconde gueurre mondiale : le chardonnay, le riesling, le gewurztraminer… Les vins rouges sont à base de pamid, mavrud (donne des vins colorés et robustes), melnik (se conservent bien), gamza ou à nouveau à base de certains cépages français (cahbernet sauvignon, merlot, gamay, pinot noir).

Les vins hongrois

Comme la Bulgarie, la Hongrie cherche à redorer le blason de ses vins depuis quelques décennies. De ce fait, la taille du vignoble a drastiquement diminué, dans une recherche de privilégier la qualité et non plus la quantité. Des parcelles abandonnées par difficulté d’exploitation ont été réhabilitées pour leurs qualités d’exposition. Bref, voilà de bons arguments pour s’y intéresser de plus près 😉

Les principaux cépages à vins blancs sont le furmint (riches en alcool), l’harslevelu (très aromatique), l’ezerjo, le keknyelu, le leanyka… Pour les vins rouges, les principaux cépages sont le kardaka (parfois appelé “petit frère du pinot noir”), le kékfrankos, le kekoporto… Quelques cépages français sont de plus en plus plantés, comme le sauvignon, le riesling, le chardonnay, le pinot noir, le merlot, le cabernet franc…

Les vins roumains

La Roumanie bénéficie d’un climat continental et les vignobles sont cultivés sur les collines. Même si la Roumanie, comme la Bulgarie, a une longue histoire viticole, c’est uniquement depuis quelques décennies que la qualité des vins s’améliore considérablement.

Les cépages locaux pour les vins blancs sont le Feteasca alba (se conserve bien et apporte beaucoup d’arômes), le feteasca regala, la tamaioasa romaneasca (surtout pour des vins moelleux), la grasa… Comme dans les autres pays de l’Est, les cépages français se font de plus en plus fréquents (riesling, chardonnay, aligoté…). Pour les vins rouges, les cépages locaux sont le babeasca neagra, le feteasca neagra (vins légers) et le cadarca tandis que les cépages français utilisés sont le merlot, le cabernet sauvignon, le pinot noir…

Les autres pays orientaux

Nous pouvons encore retrouver des vins dans d’autres pays de l’Europe orientale, comme en Serbie, en Croatie, en Macédoine ou au Monténégro. On retrouve même des vins de belle qualité. Nous avons vu que l’ensemble de la région a souffert de la production de masse dans l’après-guerre. La tendance générale est ici aussi à la recherche de qualité à l’heure actuelle.

Les cépages sont très nombreux et dépendent du climat, bien sûr, mais aussi de la proximité avec les vignobles voisins (autrichien, grec, italien…).

Chaque région a ses spécialités et ses spécificités. Par exemple, une des régions du centre de la Slovénie a un climat plus froid et a une production de vins de glace dont ils sont très fiers.

Voilà qui clôture notre découverte des vins d’Europe. J’espère que cela vous a donné envie de découvrir des petites pépites de contrées plus lointaines. Dites-moi en commentaire si vous souhaitez que je propose un module de formation sur les vins d’Europe ?

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;-)

Laisser un commentaire